Notre histoire


L’hiver 2011 est particulièrement rude et glacial. Les températures  sont  négatives et descendent régulièrement vers les  -10° à -15°.   Le mois de novembre de cette année a été dévastateur. Tous les soirs, aux informations de 20h, c’est un triste décompte des décès  de la veille des gens de la rue.

Face à cette situation dramatique, un groupe de 3 personnes se forment autour de l’idée de  mener des actions d’aide aux plus démunis sur la ville de Nanterre située dans les Hauts de Seine. Deux jours plus tard,  les voilà fin prêt pour commencer une première maraude. Malgré le peu de moyens  dont ils disposent, les frères sont animés d’une volonté inébranlable. La première difficulté et de trouver les endroits que fréquentent les gens de la rue  le soir. Le destin  mène leurs pas jusqu’au centre d’accueil et de soins hospitaliers de Nanterre, l’hôpital Max Fourestier. Ils découvrent un lieu lugubre, où s’entassent des dizaines de personnes de tous âges et de toutes nationalités. Mais c’est bien la communauté musulmane qui est la plus représentée avec principalement des maghrébins, afghans, pakistanais et égyptiens. Des hommes aux parcours de vie chaotiques qui sont venu en bout de course comme s’échouer là. La chaleur de la chorba se diffuse dans les estomacs   et un souffle d’espoir dans les poitrines.

De cette action est née une idée, qui s’est rapidement transformé en un projet constitué autour  d’un engagement en conformité avec nos principes,  nos valeurs et notre spiritualité.

Depuis la date du 12 Novembre 2011, chaque Samedi,  un repas complet est distribué à un nombre qui varie autour de 120 personnes suivant les périodes de l’année. Des bénévoles sont venu grossir les rangs du groupe de départ. L’action s’est diversifiée au travers de la prise en charge de nuitées d’hôtel, de l’achat de billets de train et d’avion pour ceux qui veulent rentrer définitivement au pays, de l’aide au retour à l’emploi, et du soutien psychologique. Des familles anonymes nous déposent des plats, couscous, tagines, chorba, boissons et desserts,  d’autres, des vêtements et des  kits d’hygiène. Face à cet afflux de générosité, afin d’éviter le gâchis  une organisation a été mise en place pour faciliter la communication entre l’association et les  familles. Une organisation qui s’est améliorée au cours du temps pour assurer la gestion des dons alimentaires et vestimentaires.

Afin de faire face à de nouveaux défis et d’exister de manière officielle, nous avons pris la décision de nous structurer sous la forme de l’association humanitaire et solidaire Dir el Kheir.

Dir el Kheir veut relever le défi, modestement certes, mais avec conviction et sincérité, pour que  chacun retrouve une place digne dans la société. Elle aspire à donner un nouveau souffle au lien social . Dir el Kheir fonctionne avec les dons qu’elle collecte auprès des familles. Elle tendra la main à tous ceux qui sont dans le besoin, sans distinction de race, ni  de religion.

Nous lançons un appel à tous ceux qui veulent donner du sens à leurs dons.